Archives de tags | Comité contre la Torture

Attaque contre l’ONG « Comité contre la torture » à Grozny

Communiqué de presse de Russie Libertés (03/06/2015)

Ce matin des individus ont violemment attaqué les bureaux de l’ONG « Comité contre la torture » à Grozny en Tchétchénie. Ce n’est pas la première fois que l’ONG est attaquée. Des hommes armés et masqués sont entrés dans les locaux de l’ONG et ont procédé à la destruction systématique du matériel. Les permanents de l’ONG ont réussi à fuir. L’ONG « Comité contre la torture » est une des dernières ONG de défense des droits humains à agir encore en Tchétchénie. La société civile est constamment sous pression en Tchétchénie avec des intimidations, des violences, des enlèvements et même des assassinats comme le meurtre de Natalia Estemirova, en juillet 2009, dont les responsables sont toujours inconnus. Russie-Libertés dénonce l’odieuse attaque contre l’ONG « Comité contre la torture » à Grozny. Cette attaque témoigne d’un climat de terreur qui règne actuellement en Tchétchénie et d’un climat de haine général envers la société civile en Russie. Nous demandons l’arrête immédiat de ces attaques et des pressions sur les ONGs.

Nous avons reçu à Lyon le 9 avril de cette année, à la mairie du 1er arrondissement, un dirigeant de cette ONG « Comité contre la Torture » : Oleg Khabibrakhmanov. Nous nous souvenons avec émotion de son témoignage. Hélas nos appréhensions ont vite trouvé une validation. A la suite de cette attaque qui aurait pu mal tourner et qui vise clairement à empêcher  un travail de défense de citoyens tchétchènes en butte à l’arbitraire d’un pouvoir qui se veut total les dirigeants de l’association ont déclaré que d’une manière ou d’une autre ils continueraient leur tâche.  Qu’ils sachent, en tous cas, que nous sommes de tout cœur avec eux !

Les lyonnais et les droits de l’homme en Tchétchénie

Le 9 avril, Oleg KHABIBRAKHMANOV a tenu une conférence à la mairie de Lyon 1 pour rendre compte de l’action de son organisation en Tchétchénie, le « Joint mobile Group » : l’atmosphère était particulière, les auditeurs étaient très concentrés et le conférencier soucieux de faire passer son message malgré la distance. En effet on peut se demander ce qui réunit des Lyonnais  autour de problèmes de défense des droits de l’homme dans ce petit territoire lointain ; ce qui est manifeste en tout cas c’est que l’engagement de cet homme traduisait l’importance et l’universalité de la question. Sans doute le fait d’entendre évoquer les maltraitances envers des Tchétchènes de la part de quelqu’un qui se définit comme russe apporte une faculté d’identification. Du coup ce n’est pas à partir d’une idée nationaliste qu’est défendue la dignité qui devait être reconnue à tout citoyen tchétchène.

Oleg a relaté comment l’organisation Comité contre la Torture a dû inventer en 2009 une stratégie pour résister à la répression féroce exercée à l’égard des défenseurs des droits de l’homme en Tchétchénie. L’idée de changer leur équipe de juristes tous les mois leur a permis de minimiser les risques. Grâce à eux ont pu être connues des affaires impliquant des forces de l’ordre et même des membres de l’administration qui ont provoqué des fausses accusations entraînant des tortures pour amener à avouer des crimes imaginaires. Cependant l’atmosphère est telle qu’il est presque impossible de faire rendre justice et de permettre que les vrais coupables soient jugés.

Après une telle conférence toute la question est de savoir comment cette émotion de chacun peut déboucher sur un soutien efficace, ce qui est recherché par l’orateur. A la question posée Oleg a répondu qu’il était très important qu’il puisse transmettre à ses amis que des Lyonnais, par exemple, prennent en considération leur action et le sort de ceux dont ils s’occupent. Face à la propagande en Russie sur le supposé dévoiement de nos pays occidentaux Oleg imagine qu’il est très important que ses concitoyens sachent de manière tangible comment nous vivons et donc de combler le fossé que créent les idéologies.

Des habitants de Tchétchénie se joignent à la campagne de défense d’Igor Kalyapine

Le Comité contre la Torture a eu une activité importante ces dernières années dans la défense des citoyens russes contre l’arbitraire et les exactions des forces de l’ordre. Ces juristes ont été particulièrement utiles en Tchétchénie lorsqu’ils sont venus remplacer l’association Memorial empêchée de rester sur place après l’assassinat de Natalya Estemirova. Depuis trois mois de fortes pressions sont exercées en Tchétchénie pour faire partir cette association et même l’incendie de leurs locaux s’est produit avec la complicité du pouvoir tchétchène. C’est dans ce contexte qu’est intervenue la classification de cette association comme agent de l’étranger. Nous devons recevoir Igor Kalyapine, pour une conférence, le 9 avril à la mairie de Lyon 1er. Nous espérons que ces menaces sur son organisation ne l’empêcheront pas de venir. Cependant il est particulièrement encourageant de constater la réaction de soutien de la part de citoyens russes malgré les risques.

Quarante personnes qui se sont plaints à différentes époques d’avoir été harcelées par des agents de la force publique ont signé une lettre ouverte pour soutenir le Comité contre la Torture : parmi eux neuf habitants de Tchétchénie. La lettre a été envoyée le 5 mars aux députés du parlement russe, au ministre de la justice et au procureur général de Russie. L’Association des Victimes de la Torture est à l’origine du soutien au Comité contre la Torture (CcT). Cette association a été fondée à Nijni Novgorod après que le Ministère russe de la Justice a enregistré l’ONG « Comité contre la Torture » comme agent de l’étranger.

Dans leur lettre ouverte les habitants de Russie ont exprimé leur indignation devant la qualification de cette ONG comme agent de l’étranger :

« Le CcT n’est l’agent de personne; il n’obéit aux ordres de personne. Il se consacre uniquement à la mise en application des lois qui sont à la base du système légal de notre pays et non à leur changement. Il est évident que le Comité ne peut se consacrer efficacement à sa mission si on lui attribue cette marque infamante… Cela signifie que, nous, comme des centaines d’autres victimes de la tyrannie, seront laissés sans défense. »

Le Nœud Caucasien du 6 mars 2015