Journaliste emprisonné pour des infractions douteuses liées à la drogue

Rappelons l’alerte du Conseil de l’Europe du 9 septembre 2016 :

Journaliste emprisonné pour des infractions douteuses liées à la drogue

Le 5 septembre 2016, un tribunal tchétchène a condamné Zhalaudi Geriev, un journaliste travaillant pour Caucasian Knot, un portail d’information russe indépendant, à trois ans d’emprisonnement pour la possession d’une grande quantité de drogue.

Les charges portées contre lui ont été condamnées par les organismes défendant la liberté des médias et les droits de l’homme et sont largement considérées comme forgées de toutes pièces. Caucasian Knot est bien connu pour ses reportages sur les violations des droits de l’homme dans le Caucase et en Russie méridionale, y compris pour ses enquêtes sur la corruption et autres abus des autorités tchétchènes.

Le 16 avril 2016, Geriev a été arrêté par la police et maintenu en détention provisoire jusqu’à sa condamnation. Au cours de son procès, il a déclaré au tribunal qu’il avait été enlevé par trois hommes armés, soumis à la torture et à la maltraitance et que des médicaments ont été mis dans son sac avant de le placer en garde à vue. Il a déclaré qu’il a ensuite été contraint de signer des aveux admettant que les médicaments trouvés dans son sac à dos lui appartenaient.

Geriev a rétracté ses aveux au cours du procès au motif qu’elles ont été faites sous la contrainte. L’avocat qui assurait sa défense a émis des inquiétudes au sujet de graves vices de procédure lors de l’enquête et du procès, en faisant valoir qu’aucune preuve crédible n’a été présentée. Geriev fera appel de sa condamnation.

Le Noeud Caucasien nous signale le 28 décembre que la Cour Suprême de Tchétchénie a confirmé le verdict à l’encontre de Zhalaudi Geriev.

D’après RSF, à la Cour Suprême de Tchétchénie comme à la Cour de première instance aucune preuve n’a été présentée pour soutenir la version du procureur sauf les aveux de Geriev obtenus sous la contrainte et qu’il a abandonnés par la suite. RSF ajoute que l’affaire elle-même contient de nombreuses contradictions alors que le procès s’est accompagné de violations de procédures. La Cour « a ignoré les témoignages de la défense qui confirmaient que trois hommes armés avaient kidnappé Geriev et des plaintes de mauvais traitements ont été rejetées par la Cour ».

La condamnation de Geriev « est une punition pour ses activités de journaliste » a déclaré Johann Beer, la directrice du bureau de RSF pour l’Europe de l’Est et l’Asie Centrale.

 

Tags:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :