D’après les défenseurs des droits l’histoire de Ramazan Djalaldinov détruit la réputation de Ramzan Kadyrov.

Nous avons des nouvelles de Ramazan Djalaldinov qui s’est fait connaître en mai de cette année alors que sa maison a été incendiée, lui-même ayant fui devant les menaces : il avait osé accuser les autorités de négliger son village du fait de leur corruption. Ce Tchétchène courageux, soutenu par ses voisins, avait passé un accord avec les autorités tchétchènes pour faire acte public de contrition vis-à-vis de Kadyrov en échange de l’immunité pour lui-même et les habitants du village et de compensations financières pour celui-ci. Il a pourtant été poursuivi judiciairement pour diffamation ainsi qu’un voisin et c’est dans ce contexte qu’il a fui de nouveau en demandant l’aide de défenseurs des droits de l’homme connus. La suite est relatée par l’article du Nœud Caucasien du 17 novembre.

Ramazan Djalaldinov, habitant introuvable du village tchétchène de Kenkhi, qui critiquait les autorités tchétchènes demeure dans un endroit sûr. C’est ce que rapporte Svetlana Gannushkina. La violation de l’accord conclu avec Ramazan Djalaldinov jette une ombre sur Ramzan Kadyrov lui-même et sur Khasmagomed Abubakarov, une figure religieuse, qui avait été désigné comme garant de l’accord. C’est l’opinion émise par Valery Borschev. Igor Kalyapin croit que les pressions sur Ramazan Djalaldinov pourraient venir d’officiels dont les intérêts ont été atteints par les critiques.

Le Nœud Caucasien a expliqué que sa famille et ses voisins ont annoncé sa disparition le 7 novembre. Le 10 novembre il a contacté Svetlana Gannushkina, dirigeante du Comité d’assistance Civique et lui a dit qu’il avait quitté la république après les menaces émises par des policiers tchétchènes.

Selon Valery Borschev, membre du groupe d’Helsinski de Moscou, par leurs actions les autorités tchétchènes ont fait régresser la république à l’époque des purges staliniennes.

Igor Kalyapin, le dirigeant du Comité pour la Prévention de la Torture croit qu’en Tchétchènie Ramzan Kadyrov pourrait ne pas être à l’origine des actions contre Ramazan Djalaldinov. Selon lui la situation comprend un élément de corruption.

La violation de l’accord oral entre les autorités tchétchènes et Ramazan Djalaldinov peut affecter négativement la réputation de Ramzan Kadyrov d’après Akhmet Yarlykapov, chercheur à l’Académie des Sciences. Selon lui il est encore difficile de prévoir les conséquences de la confrontation entre Ramazan Djalaldinov et les autorités tchétchènes.

Tags:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :