Spirale de violences au Caucase du Nord après la création de la Garde Nationale Russe

On vient d’enregistrer un pic significatif de violences dans le Caucase du Nord. En l’espace d’une semaine du 3 au 9 octobre 18 personnes au moins ont été tuées et 4 autres ont été blessées dans des actes séditieux dans la région. Quinze supposés rebelles dont 8 Tchétchènes, 6 Ingouches et 1 Daghestanais ont été tués. Deux policiers ont été tués en Kabardino-Balkarie et 1 en Tchétchénie. Les forces gouvernementales ont lancé une vague d’opérations spéciales au Caucase du Nord au début du mois. Le 2 octobre une série d’opérations anti-terroristes ont été lancées dans le district de Tabasaran au Daghestan. Le 7 octobre une série d’opérations anti-terroristes a été lancée dans des quartiers de la ville de Nazran et dans le village de Gazi-Yurt en Ingouchie. Le 9 octobre une autre opération anti-terroriste a été lancée dans le district de Suleiman-Stalsky au Daghestan. En deux opérations distinctes 8 supposés militants ont été kidnappés au Daghestan entre fin septembre et début octobre.

Le 14 octobre les familles des personnes kidnappées ont organisé une protestation publique dans la ville de Khasavyurt au Nord-Ouest du Daghestan. La police a nié détenir ces personnes disparues. En même temps les officiels ont affirmé que les disparus étaient impliqués dans les activités du mouvement clandestin armé. Les familles des kidnappés demandent aux gouvernants de révéler l’endroit où ils se trouvent mais jusqu’à présent elles n’ont eu aucune réponse.

Le gouvernement russe n’a de cesse de répéter que la violence insurrectionnelle décline au Caucase du Nord. Cependant, l’importance des opérations spéciales et des enlèvements durant les dernières semaines sème le doute quant aux déclarations des autorités. Des analystes relient le pic de violence au Caucase du Nord le mois dernier au recrutement au sein de la Garde Nationale Russe d’une force para-militaire de 400 000 hommes dont le président Vladimir Poutine a annoncé la création au début de cette année. En particulier deux figures bien connues ont été nommées les premiers adjoints du chef de la Garde Nationale Viktor Zolotov : Sergei Melikov, qui était récemment l’envoyé de Moscou au Caucase du Nord et Sergei Chenchik il y a peu haut responsable au ministère de l’intérieur. On dit que les deux hommes sont en compétition pour le pouvoir et Chenchik apparemment est plus enclin à utiliser la force brute contre les insurgés que Melikov. Ce dernier serait plutôt favorable à la politique du bâton et de la carotte, tandis que le premier est connu des journalistes de la région comme « le parrain des opérations spéciales du Caucase du Nord ». Le fait que ces nouveaux adjoints engagés dans la Garde Nationale ont tout deux un passé d’intérêt pour le Caucase du Nord montre que Moscou reste résolu à s’occuper de la région et à attribuer des ressources militaires considérables pour s’attaquer au problème. Dans leur compétition pour être bien vus de leur hiérarchie, Melikov et Chenchik pourraient tenter de mettre en lumière leur efficacité en visant et tuant des militants.

D’autres experts cependant disent que le pic actuel de violence est en relation avec la poussée de l’état islamique dans la région. Selon l’expert daghestanais du Caucase du Nord basé à Moscou Akhmed Yarlykapov, l’état islamique est moins dépendant de personnalités charismatiques dans son mouvement insurrectionnel que l’émirat du Caucase dans le passé. Du coup il est plus difficile pour les forces gouvernementales de viser quelques figures-clé et d’infliger de grands dommages à l’organisation. Egalement, comme l’émirat du Caucase, l’état islamique n’a pas actuellement de concurrents dans la région et jouit du monopole parmi les radicaux.

D’autre part, différents analystes mettent l’accent sur une combinaison de facteurs qui peuvent être la cause de cet accès inattendu de violences dans la région. Par exemple Denis Sokolov, expert régional, dit que l’augmentation de la violence devrait être considérée comme « une nouvelle norme » au Caucase du Nord pour plusieurs raisons : d’abord, maintenant que Moscou a trouvé un niveau d’équilibre dans son pari risqué de l’est de l’Ukraine, le Caucase du Nord devient de nouveau une cible pour les forces gouvernementales. Ensuite, argumente-t-il, il y a moins de rebelles quittant le  Caucase du Nord pour le Moyen-Orient à cause des obstacles mis à leur voyage et parce que l’état islamique fait moins appel aux musulmans russes. Et l’expert russe du Caucase du Nord, au franc parler, Orkhan Jamal, affirme même que les services de sécurité russes augmentent sciemment leurs activités en visant des musulmans ordinaires, en les provoquant et les radicalisant pour justifier leur budget important.

La vague de violence la plus récente au Caucase du Nord démontre que la victoire auto-proclamée sur l’insurrection dans la région est loin de la réalité. Les services de sécurité russes semblent continuer leurs actions illégales d’enlèvement de suspects signifiant que les autorités doivent encore compter sur la peur pour gouverner la région. Bien que les forces gouvernementales maintiennent à présent un financement suffisant pour lancer de nombreuses opérations spéciales dans la région on ne sait pas ce qui arrivera quand ces fonds seront limités. La situation économique au Caucase du Nord et dans le pays tout entier se détériore ; et associée à la campagne agressive du gouvernement contre de supposés islamistes tout ceci peut aboutir à une marée montante d’insurrections plutôt qu’à l’imminence de sa fin.

Article du 18 octobre 2016 de Valery Dzutsati dans Jamestown Foundation

Tags:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :