Dix ans sans Anna : continuer son combat pour les libertés

Nous relayons l’appel à un hommage à Anna Politkovskaïa qui sera suivi d’une table ronde organisé par Amnesty International France (AIF), FIDH (Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme), LDH (Ligue des Droits de l’Homme), RSF (Reporters sans frontières) et l’association Russie-Libertés. Cet hommage aura lieu le Vendredi 7 octobre 2016, de 16h00 – 21h30 à la Mairie du 4ème arrondissement de Paris, 2 Place Baudoyer, 75004 Paris.

Dix ans sans Anna : continuer son combat pour les libertés

Le 7 octobre 2006, Anna Politkovskaïa était abattue devant l’entrée de l’ascenseur de son immeuble. L’émotion suscitée par son assassinat a fait d’elle un emblème de la liberté d’expression bafouée en Russie, et plus largement dans le monde. Cette journaliste russe de Novaïa Gazeta incarnait le courage et l’indépendance, un îlot de résistance et de liberté dans les médias russes de l’époque. Mais c’était aussi une éminente défenseure des droits humains, mettant consciemment en jeu son confort et sa sécurité pour dénoncer les violations et porter la voix des victimes, dans le Caucase comme dans le reste de la Russie.

Depuis dix ans, force est de constater que le climat de travail des défenseurs des droits humains et de la presse indépendante s’est profondément détérioré dans ce pays. D’autres noms sont venus allonger la liste des personnalités assassinées. Mais depuis le retour à la présidence de Vladimir Poutine en 2012, les mécaniques et les cibles des pressions des autorités se sont largement diversifiées et élargies : les voix libres ou contestataires sont désormais prises en tenaille entre une législation criminalisant ou censurant toute forme de critique, et une propagande visant à les faire passer pour des ennemis internes.

La Russie, loin d’être un phénomène isolé, est un modèle qui s’exporte et trouve de nombreux échos : dans plusieurs pays d’Europe et dans son voisinage immédiat, les mécaniques de cette spirale répressive sont reproduits, amplifiés, adaptés, à différentes échelles. En cela, la Russie d’aujourd’hui constitue un laboratoire assumé et revendiqué dont s’inspirent de nombreux gouvernements.

L’histoire se répète, cette semaine a commencé le procès des présumés assassins de Boris Nemtsov. Cet opposant déclaré a été tué à deux pas du Kremlin. On a arrêté très vite des ressortissants tchétchènes qui apparaissent comme des exécutants possibles mais comme dans le cas de l’assassinat d’Anna Politkovskaïai il est impossible de remonter jusqu’au donneur d’ordres. Là encore il se dit que Kadyrov aurait commandité ce meurtre, la fille de Nemtsov a réclamé qu’il soit entendu par la justice mais même si le procureur reconnaît les manques de l’instruction il apparaît impossible d’interroger ce dernier récemment élu avec 98% des voix.

Tags:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :