Archive | avril 2015

Les lyonnais et les droits de l’homme en Tchétchénie

Le 9 avril, Oleg KHABIBRAKHMANOV a tenu une conférence à la mairie de Lyon 1 pour rendre compte de l’action de son organisation en Tchétchénie, le « Joint mobile Group » : l’atmosphère était particulière, les auditeurs étaient très concentrés et le conférencier soucieux de faire passer son message malgré la distance. En effet on peut se demander ce qui réunit des Lyonnais  autour de problèmes de défense des droits de l’homme dans ce petit territoire lointain ; ce qui est manifeste en tout cas c’est que l’engagement de cet homme traduisait l’importance et l’universalité de la question. Sans doute le fait d’entendre évoquer les maltraitances envers des Tchétchènes de la part de quelqu’un qui se définit comme russe apporte une faculté d’identification. Du coup ce n’est pas à partir d’une idée nationaliste qu’est défendue la dignité qui devait être reconnue à tout citoyen tchétchène.

Oleg a relaté comment l’organisation Comité contre la Torture a dû inventer en 2009 une stratégie pour résister à la répression féroce exercée à l’égard des défenseurs des droits de l’homme en Tchétchénie. L’idée de changer leur équipe de juristes tous les mois leur a permis de minimiser les risques. Grâce à eux ont pu être connues des affaires impliquant des forces de l’ordre et même des membres de l’administration qui ont provoqué des fausses accusations entraînant des tortures pour amener à avouer des crimes imaginaires. Cependant l’atmosphère est telle qu’il est presque impossible de faire rendre justice et de permettre que les vrais coupables soient jugés.

Après une telle conférence toute la question est de savoir comment cette émotion de chacun peut déboucher sur un soutien efficace, ce qui est recherché par l’orateur. A la question posée Oleg a répondu qu’il était très important qu’il puisse transmettre à ses amis que des Lyonnais, par exemple, prennent en considération leur action et le sort de ceux dont ils s’occupent. Face à la propagande en Russie sur le supposé dévoiement de nos pays occidentaux Oleg imagine qu’il est très important que ses concitoyens sachent de manière tangible comment nous vivons et donc de combler le fossé que créent les idéologies.