Aucune contestation possible pour le régime de Kadyrov

Le 15 juillet 2009, Natalia Estemirova, représentante de Memorial à Grozny, était assassinée. On n’a jamais retrouvé ses meurtriers. Son rôle était capital car elle n’hésitait pas avec ses collaborateurs, à défendre ouvertement les Tchétchènes victimes de l’arbitraire des autorités. Ce crime a eu de graves conséquences puisque Memorial ne pouvait plus travailler en Tchétchénie en préservant la sécurité de ses membres. Cependant devant le besoin criant d’un recours fiable face  aux persécutions policières et judiciaires, une association, le Comité contre la Torture, s’est constitué en « Joint Mobile Group » pour intervenir dans la défense des citoyens en butte à des autorités qui ne respectent pas l’état de droit : pour limiter les risques des juristes ceux-ci changeaient régulièrement tous les deux mois. Un bureau de Memorial, d’autre part fonctionnait dans la seconde ville tchétchène (Goudermès).

C’est dans ce contexte que les récents évènements ci-dessous prennent tout leur relief :

–          le 15 janvier, le ministère de la justice russe a enregistré le Comité contre la torture comme “agent de l’étranger”. Comme un vieux souvenir de l’époque stalinienne le gouvernement russe a décidé depuis quelque temps de disqualifier beaucoup d’associations de droits de l’homme en les accusant d’être des agents de l’étranger, ce que ces dernières refusent en général car se serait se désigner comme des sortes d’espions aux yeux de l’opinion publique. Pour le président du Comité contre la torture, Igor Kaliapine, si son appel à réformer cette désignation n’est pas entendu il est clair que l’association sera fermée.

–          D’autre part, Memorial a défendu le Comité contre la Torture, accusé de vouloir faire reconnaître les droits des familles qui ont vu leurs maisons brulées par les autorités au prétexte que certains de leurs membres s’étaient livrés à une attaque à Grozny. S’en est suivie une attaque contre les bureaux de Memorial à Goudermès : cinq individus masqués ont bombardé d’œufs les deux collaboratrices présentes en criant “Vous défendez Kaliapine !”.

“L’agression contre notre bureau est la poursuite de la tactique de pression contre les opposants”, “Il n’y aura pas d’enquête.”, a déclaré Oleg Orlov, président de Memorial. Selon Amnesty international, “le harcèlement contre les défenseurs des droits de l’homme augmente dans toute la Russie”. “En dépit des déclarations de Vladimir Poutine, la Tchétchénie sort de plus en plus du champ légal en Russie.”

Tags:, , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :