Nouvelles menaces sur Memorial

(Memorial est une ONG russe qui travaille sur la mémoire du goulag, et défend les disparus en Tchétchénie) – d’après AFP 11 octobre 2014

Memorial annonce que l’état russe cherche à dissoudre son organisation et ses filiales en Russie. Memorial a eu un rôle capital de recours durant la guerre de Tchétchénie et la période dictatoriale qui a suivi pour les familles dont certains membres étaient enlevés par des milices du pouvoir.

La Cour suprême de Russie doit examiner le 13 novembre la demande en ce sens du ministère de la Justice, a-t-elle indiqué sur son site internet. Les membres de Memorial, qui fait référence parmi les militants des droits de l’homme en Russie, ont qualifié les poursuites d’insulte et d’intimidation de la part du gouvernement russe. « Le fait même que cette affaire existe est une insulte pour tous ceux qui, pendant ces vingt dernières années, ont fait le travail que l’Etat aurait dû faire », a dit à l’AFP M. Ratchinski. « On peut s’attendre à encore plus de pressions de la part du gouvernement », s’est inquiété son collègue Oleg Orlov, dénonçant « un coup de semonce ».

Pour Mikhaïl Fedotov, chef du Conseil pour les droits de l’homme auprès du président russe, si la Cour suprême ordonne de dissoudre Mémorial, cela sera un coup sévère porté à l’image de la Russie. « J’espère que cela n’aura pas lieu », a-t-il ajouté. En juillet, Memorial et quatre autres ONG russes avaient été enregistrées par le ministre de la Justice comme agents de l’étranger, dénomination utilisée en URSS pour qualifier les dissidents, accusés d’être à la solde de l’Occident.

 Fondée en 1989 par d’anciens dissidents, dont le prix Nobel de la paix Andreï Sakharov, pour préserver la mémoire des victimes des répressions soviétiques, Memorial a fait sien le combat contre l’arbitraire du pouvoir russe, payant parfois ce combat au prix du sang, comme en 2009 lorsque sa représentante en Tchétchénie, Natalia Estemirova, est assassinée. La pression du gouvernement russe contre les rares organisations et médias d’opposition s’est renforcée ces derniers mois, avec en parallèle un nouveau tour de vis des autorités sur Internet visant notamment les blogs et les sites d’information d’opposition.

 Vendredi, l’office russe de contrôle des médias Roskomnadzor a donné un avertissement au journal indépendant Novaïa Gazeta l’accusant d’extrémisme (ce journal pour qui travaillait Anna Politkovskaïa a été le seul média russe a transmettre des informations sur la Tchétchénie pendant des années). Deux avertissements en l’espace d’un an donnent les bases légales aux autorités russes pour mettre fin à la diffusion d’un média.

Tags:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :